VIE D’ANNE CATHERINE EMMERICH

 

TOME DEUXIEME (1819-1824)

 

CHAPITRE I

 

RETOUR  DU  PÈLERIN  A  DULMEN. 
PRÉSAGES  AVANT-COUREURS  D'UNE  NOUVELLE  ENQUÊTE

 

         1.  Il  était  devenu  très-pénible  pour  le  Pèlerin  de  quitter  Dulmen : mais  Anne  Catherine  lui  avait  rendu  le  calme par  ses  bonnes  paroles.  "  Nous  nous  reverrons,  lui  disait-elle ; vous  goûterez  encore  ici  bien  des  consolations  et  vous  écrirez  bien  des  choses  près  de  moi.  Je  sais  que  je  serais déjà  morte  si  ce  que  j'ai  à  dire  ne  devait  pas  arriver  par  vous  à  la  connaissance  de  tous.  "  Le  père  Limberg  aussi  lui  avait  promis  qu'on  l'accueillerait  de  nouveau.  Seulement  il  ne  fallait  pas  qu'il  revint  trop  vite,  et  on  voulait  avoir  l'assurance  que  sa  présence  presque  continuelle  ne  serait  pas,  comme  elle  l'avait  été,  un  fardeau  insupportable  pour  la  malade  et  pour  son  entourage.  Certes  le  confesseur,  comme  l'abbé  Lambert  et  Wesener,  aurait  été  fort  content  que  le  Pèlerin  s'en  allât  pour  ne  plus  revenir : il  l'avait  trop  vu  à  l'épreuve  depuis  trois  mois  et  demi pour  ne  pas  savoir  d'avance  ce  qu'il  avait  à  attendre  de  lui  en  dépit  de  toutes  ses  protestations ; toutefois  devant  la  ferme  persuasion  qu'Anne  Catherine  avait  besoin  du  Pèlerin  pour  accomplir  sa  tâche,  toute  autre  considération  devait  être  mise  de  côté.  Mais  ce  que  le  Pèlerin  pouvait  à  peine  soupçonner,  c'était  combien  il  était  devenu  pénible  pour  la  malade  elle-même  de  l'autoriser  à  revenir  et  combien  elle  avait  eu  à  souffrir  jusque-là.  Il  ne  pouvait  pas  sans  doute  se  dissimuler  que  son  voisinage,  ses  questions  et  les  démonstrations  ardentes  de  son  impatiente  curiosité  avaient  été  pour  elle  une  occasion  de  dérangements  très-pénibles  et  d'efforts  très  fatigants,  mais  l'impression  qu'il  en  avait  ressentie  s'était  toujours  promptement  dissipée  chez  lui.  Le  21  décembre  1818,  il  avait  encore  écrit  dans  son  journal : "  Je  l'ai  trouvée  très  épuisée  ce  matin.  Elle  avait  cousu  et  taillé  des  vêtements  pour  des  enfants  pauvres.  Là-dessus  vinrent  mes  questions  qu'elle  supporta  avec  une  patience  inexprimable.  Elle  paraissait  très-faible  et  très-échauffée : elle  ne  répondit  qu'avec  effort.  Plus  tard,  elle  me  demanda  si,  par  suite  de  son  épuisement,  elle  n'avait  pas  plusieurs  fois  redit  les  mêmes  choses ; je  ne  remarquai  pas  ce  grand  abattement ; toutefois  je  lui  demandais  pardon  chaque  fois  que  je  l'interrogeais,  mais  elle  me  dit : "  Cela  ne  fait  rien.  "  Ainsi  dans  tout  ce  qu'il  avait  noté,  il  n'avait  fait  attention  qu'à  cette  seule  chose : "  Cela  ne  lui  fait  rien ! "  Souvent  Anne  Catherine  cherchait  à  calmer  cet  homme  si  facile  à  irriter  et  encore  si  peu  accoutumé  à  prendre  sur  lui,  qui,  dans  un  instant,  pouvait  passer  de  l'humeur  la  plus  enjouée  à  la  plus  profonde  tristesse  et  aux  plaintes  les  plus  amères ; elle  lui  disait  à  cet  effet : "  Jamais  encore  je  n'ai  été  si  confiante  envers  personne  qu'envers  vous : je  ne  me  suis  jamais  ouverte  à  d'autres  comme  à  vous ; mais  il  m'a  été  ordonné  d'agir  ainsi."  Alors  le  Pèlerin  n'était  que  trop  porté  à  attribuer  cette  confiance  à  son  influence  personnelle  et  il  s'affermissait  de  plus  en  plus  dans  la  persuasion  qu'il  était  le  seul  qui  sût  la  comprendre  et  qu'il  était  autorisé  à  éloigner  d'elle,  autant  que  possible,  tout  ce  qui  pouvait  la  déranger,  c'est-à-dire  toutes  les  autres  personnes.  A  peine  s'était-il  réinstallé  à  Berlin  depuis  quelques  semaines,  qu'il  lui  parut  impossible  de  rester  plus  longtemps  éloigné  de  Dulmen  d'où  il  était  parti  le  18  janvier,  et  qu'il  prit  des  mesures  pour  s'y  établir  à  demeure  aussitôt  que  possible.  La  lettre    il  annonçait  ce  projet  fit  sur  l'abbé  Lambert  une  impression  difficile  à  décrire.  Il  conjura  la  malade,  les  larmes  aux  yeux,  d'empêcher  le  retour  de  cet  hôte  importun.  Elle  parvint  d'autant  moins  à  calmer  ce  vieillard,  d'ailleurs  si  bienveillant  et  si  timide,  que  Wesener  appuya  sa  requête.  Tous  les  deux  croyaient  ne  pouvoir  compter  que  sur  une  très-courte  prolongation  de  la  vie  de  la  malade  c'est  pourquoi  ils  ne  voulaient  à  aucun  prix  se  laisser  ravir  les  fugitifs  instants  de  consolation  qu'ils  trouvaient  dans  leur  commerce  avec  elle  par  un  intrus  dont  la  supériorité  intellectuelle  les  écrasait  et  qui  cherchait  à  leur  faire  sentir  à  chaque  instant  qu'ils  n'étaient  pas  même  capables  de  comprendre  la  mission  de  cette  âme  privilégiée  et  son  importance.

 

         2.  Il  était  aussi  survenu  des  événements  qui  portaient  à  son  comble  l'angoisse  du  vieux  prêtre,  en  lui  faisant  craindre  de  voir  recommencer  pour  la  malade  et  pour  lui-même  le  supplice  d'une  nouvelle  enquête.  Or,  si  elle  devait  avoir  lieu,  le  retour  du  Pèlerin  menaçait  d'en  faire  pour  lui  quelque  chose  d'absolument  intolérable ; non  seulement  le  Pèlerin  attirait  déjà  l'attention  générale  dans  le  pays  de  Munster,  mais  encore  il  excitait  l'hostilité  et  les  soupçons  de  beaucoup  de  personnes,  à  cause  de  la  liberté  sans  ménagement  de  son  langage.  A  Dulmen  même,  toute  sa  manière  d'être  était  un  phénomène  si  inaccoutumé,  ou  plutôt  si  inexplicable,  que  personne  ne  pouvait  comprendre  comment  cet  étranger  avait  pu  trouver  si  fréquemment  accès  auprès  de  la  malade : il  n'était  donc  pas  étonnant  que  les  jugements  les  plus  contradictoires  circulassent  à  son  sujet ; seulement  sa  charité  envers  les  pauvres,  sa  piété  et  la  rare  simplicité  de  sa  manière  de  vivre  avaient  fait  tomber  plus  d'une  critique.  Ce  n'était  pas  sans  raison  que,  l'abbé  Lambert  redoutait  une  nouvelle  enquête,  car,  par  le  fait  du  Pèlerin  lui-même,  le  bruit  s'était  répandu  à  Munster  que,  depuis  de  jour  de  Noël  1818,  il  était  survenu  des  changements  quant  aux  effusions  de  sang  des  stigmates.  Le  6  décembre,  Anne  Catherine,  étant  en  extase,  s'était  ainsi  exprimée : "  Mon  conducteur  m'a  dit : "  Si  tu  veux  ne  plus  avoir  les  plaies,  tu  n'en  auras  que  de  plus  grandes  souffrances.  Dis-le  à  ton  confesseur  et  fais  ce  qu'il  voudra.  "  A  quoi  elle  avait  répondu :

"  J'aime  mieux  les  souffrances  que  les  plaies ; je  suis  si  timide,  cela  me  donne  tant  de  confusion.  "  Encore  le  23  décembre,  Wesener  put  écrire  ces  mots  dans  son  journal : "  Depuis  la  fin  d'octobre,  j'ai  visité  chaque  jour  la  malade : cependant  je  n'ai  trouvé  aucun  changement  marquant  ni  aucun  nouveau  phénomène  dans  son  état  physique.  Au  commencement  de  novembre,  nous  l'avons  fait  changer  de  chambre  et  l'avons  portée  dans  la  pièce  plus  petite  attenante  à  celle  qu'elle  occupait.  Comme,  à  cette  occasion,  il  s'est  fait  un  grand  bruit,  nous  nous  sommes  convaincus  de  nouveau  de  la  faiblesse  et  de  l'irritabilité  de  ses  nerfs : car  elle  fut  entièrement  étourdie  par  le  tapage  et  elle  eut  des  vomissements : cela  dura  environ  quinze  jours ; après  quoi,  elle  se  remit  un  peu.  Les  effusions  de  sang  aux  mains  et  aux  pieds  ont  eu  lieu  tous  les  vendredis  comme  à  l'ordinaire,  et  la  tête  aussi  saignait  toujours.  "  Mais  dès  le  vendredi  25  décembre,  il  eut  à  noter  ce  qui  suit :

         "  Aujourd'hui,  fête  de  Noël,  la  tête,  la  croix  de  la  poitrine  et  la  plaie  du  côté  ont  saigné  plus  fort  qu'elles  n'avaient  fait  depuis  longtemps : mais  en  même  temps  la  peau  est  restée  blanche  et  sèche  autour  des  stigmates  des  mains  et  des  pieds ; les  croûtes  étaient  d'un  brun  clair.

         "  28  décembre.  Aujourd'hui  les  croûtes  sont  tombées  des  cicatrices  des  mains  et  des  pieds.  On  voit  dans  la  peau  un  point  diaphane  de  forme  allongée  sur  le  dessus  des  mains  et  des  pieds : mais  à  la  partie  opposée  on  sent  dans  la  région  des  stigmates  une  petite  induration  également  de  forme  oblongue.  Les  douleurs  n'ont  point  disparu  avec  la  chute, des  croûtes ; elles  semblent  même  être  devenues  plus  vives.

         "  Vendredi  1er  janvier.  Les  plaies  de  la  tête  et  du  côté  saignent  comme  à  l'ordinaire.  Celles  des  mains  et  des  pieds  restent  sèches.

         "  Vendredi  saint,  9  avril.  La  malade  a  été  toute  la  semaine  dans  un  état  de  détresse  inexprimable.  Elle  souffrait  cruellement  à  l'endroit  des  stigmates.  A  cela  est  venu joindre  un  catarrhe  dans  les  bronches  avec  toux,  douleurs  de  gorge  et  de  poitrine.  Les  stigmates  des  pieds  et  des mains  se  sont  rouverts  aujourd'hui.  Je  les  ai  trouvés  saignants  à  dix  heures  du  matin.  La  malade  me  les  montra  avec  tristesse  et  me  pria  de  tenir  la  chose  secrète....  Les  vendredis  suivants  les  plaies  des  mains  et  des  pieds  sont  restées  fermées,  comme  cela  avait  eu  lieu  depuis  Noël.  "

Les  anxiétés  de  la  malade  n'étaient  que  trop  fondées : car,  dès  que  le  bruit  se  répandit  à  Munster  que  les  stigmates  des  mains  et  des  pieds  avaient  cessé  de  saigner,  la  police  prussienne  y  vit  une  occasion  venue  fort  à  propos  pour  mettre  à  exécution  le  projet  depuis  longtemps  formé  de  faire  entrer  la  patiente  de  Dulmen  dans  le  cercle  de  ses  attributions.  Dès  le  18  février,  Wesener  eut  à  relater  ce  qui  suit :

         "  Aujourd'hui  la  malade  m'a  fait  prier  de  venir  la  voir  pour  avoir  mon  avis  sur  l'introduction  auprès  d'elle  de  deux  personnes,  le  Dr  Rave  de  Ramsdorf,  médecin  de  district,  et  le  vicaire  Roseri,  lesquels  étaient  venus  avec  un  mandat  particulier  du  président  supérieur  de  Vinke  pour  examiner  l'état  actuel  de  la  malade.  J'engageai  la  malade  à  les  recevoir  et  elle  les  reçut.  Ils  vinrent  aussi  me  voir  dans  l'après-midi  et  m'interrogèrent  sur  les  effusions  de  sang  et  sur  d'autres  particularités  concernant  la  malade.  On  ne  pouvait  méconnaître  chez  le  Dr  Rave  l'opinion  préconçue  qu'il  y  avait    une  fourberie  et  le  désir  de  la  découvrir.  Je  le  priai  d'attendre, jusqu'au  jour  suivant    il  pourrait  lui-même  être  témoin  de  l'effusion  de  sang. »

         « Vendredi  19  février.  Les  deux  visiteurs  ont  fatigué  la  malade  toute  la  matinée  par  de  nouvelles  interrogations  sur  des  choses  connues  de  tout  le  monde  et  même  imprimées  depuis  longtemps.  Mais  au  lieu  d'attendre  que  les  plaies  saignassent,  ils  sont  repartis  vers  midi.  Plus  tard,  vers  trois  heures,  la  croix  et  la  tête  ont  saigné,  mais  non  la  plaie  du  côté.  J'ai  envoyé  à  M.  Overberg  par  le  père  Limberg  la  coiffe  avec  les  taches  de  sang,  après  l'avoir  montrée  auparavant  au  bourgmestre  Moellmann.  Roseri  appartient  à  la  classe  des  soi-disant  éclairés  (1) : cependant  il  est  parti  autrement  disposé  qu'il  n'était  venu.  Il  semblait  que  Dieu  eût  touché  son  coeur  (2). 

 

(1)  D'après  une  lettre  de  Wesener  au  pèlerin.

(2)  En  cela  le  bon  Wesener  s'était  complètement  trompé,  comme  la  suite  le  montrera.  La  malade  reçut  sur  ce  personnage  et  sur  quelques-uns  de  ses  coopérateurs  des  avertissements  donnés  dans  une  vision  dont  elle  raconta  ce  qui  suit : "  J'ai  vu  le  Dr  Rave  plein  de  malice  parler  contre  sa  conviction  et  me  calomnier  pour  plaire  aux  serviteurs  de  l'Aigle  (le  gouvernement  prussien).  Je  croyais  Roseri  changé,  mais  il  était  essentiellement  faux  et  il  divaguait  beaucoup.  Je  me  dis  alors : "  Comment  un  tel  prêtre  peut-il  être  utile  à  la  communauté ? "   et  je  reçus  pour  réponse : "  Il  ne  lui  est  pas  plus  utile  que  le  beau  livre  ne  l'est  aux  séparés.  Il  n'a  pas  de  bénédiction  en  lui,  cependant  il  peut  distribuer  ce  que  l'Église  possède,  quoique  ne  possédant  rien  lui-même.  "  Je  vis  le  gouvernement  de  l'Aigle  mal  constitué  dans  ce  pays.  Le  président  supérieur  a  de  bonnes  intentions,  mais  il  a  un  mauvais  entourage.  S'il  pouvait  venir  me  voir  lui-même,  je  m'adresserais  avec  confiance  à  sa  droiture  pour  le  convaincre  de  la  vérité.  "

 

 

Le  médecin  est  un  mondain,  un  autre  Bodde : on  pouvait  lire  dans  ses  yeux  le  désir  de  trouver  une  imposture.  Il  m'a  beaucoup  blâmé  de  n'avoir  pas  conservé  les  escarres  des  stigmates  des  pieds  et  des  mains.  "  Quand  on  a  le  grain,  "  ai-je  répondu,  on  laisse  la  balle  de  côté.  Depuis  que  j'ai  vu  ce  qu'il  y  a  de  plus  remarquable  dans  la  malade,  les  détails  extérieurs  m'ont  moins  intéressé  chez  elle.  "  Il  ne  comprenait  rien  à  cela.  Peu  de  jours  avant,  l'abbé  Lambert  avait  été  requis  de  remettre  au  bourgmestre  les  papiers  certifiant  sa  nationalité.  L'ordre  était  venu  directement  du  président  supérieur  et  s'exprimait  en  ces  termes : "  J'ai  appris  qu'il  se  trouve  à  Dulmen  un  prêtre  français  émigré,  dont  la  situation  est  équivoque....  "  On  peut  penser  à  quel  point  des  histoires  de  ce  genre  affectaient  la  pauvre  malade  et  le  pacifique  Lambert.  Il  y  a  de  nouveau  dans  tout  le  pays  beaucoup  de  bavardages  et  de  calomnies  contre  elle : mais  elle  a  confiance  dans  la  miséricorde  de  Dieu,  et  nous  nous  consolons  de  souffrir  des  affronts  pour  l'amour  de  Jésus-Christ  et  de  la  vérité.  "

 

         3.  Comme  le  Dr  Rave,  en  dehors  du  protocole  officiel,  avait  fait  circuler  (note)  une  lettre  privée  qui  n'y  était  pas  conforme  et  qui  était  très-défavorable  à  la  malade,  et  comme  cette  lettre,  se  rattachant  aux  attaques  plus  anciennes  de  Bodde,  menaçait  de  susciter  de  nouveaux  orages,  Wesener  pensa  à  se  porter  comme  défenseur  de  l'innocence  par  des  déclarations  publiques  et  par  un  mémoire  qu'il  voulait  adresser  au  président  supérieur  à  Munster.

 

         (note)  Le  conseiller  provincial  Boenninghausen,  dont  nous  aurons  à  nous  occuper  plus  particulièrement  par  la  suite,  confessa  à  ce  sujet  «  que  le  Dr  Rave,  outre  son  protocole,  avait  adressé  à  M.  Borges,  à  Munster,  un  écrit    il  communiquait  sa  manière  de  voir  avec  un  peu  plus  de  liberté  ».

Mais  Anne  Catherine  s'y  opposa,  ce  qui  le  porta  à  demander  conseil  à  Overberg.  Celui-ci  répondit : «  Combien  je  désire,  depuis  longtemps  déjà,  aller  revoir  les  chers  amis  de  Dulmen,  parmi  lesquels  vous  ne  teniez  pas  la  dernière  place ! Mais  il  semble  que  Dieu  ne  le  veut  pas  encore,  car  ou  je  suis  retenu  par  la  maladie,  ou  il  survient  quelque  autre  empêchement.  Je  voudrais  bien  vous-expliquer  les  raisons  pour  lesquelles  je  ne  puis  conseiller  d'écrire  au  président  supérieur.  Mais  je  remets  cela  au  temps    nous  pourrons  communiquer  de  vive  voix.  Je  ne  puis  pas  conseiller  non  plus  de  faire  insérer  dans  les  journaux  la  déclaration  qui  m'a  été  communiquée.  Toute  réponse  est  une  espèce  de  payement.  On  ne  doit  pas  payer  du  plomb  ou  ce  qui  vaut  encore  moins  que  du  plomb  avec  un  poids  à  peu  près  semblable  d'or  pur.  Il  est  écrit  aussi : «  Ne  jetez  pas  les  choses  saintes  aux  chiens,  ni  les  perles  aux  pourceaux.  »  Je  suis  bien  éloigné  de  vouloir  comparer  un  homme,  quel  qu'il  soit,  à  un  chien  ou  à  un  pourceau,  mais  il  doit  y  avoir  des  hommes  qu'on  peut  comparer  à  certains  égards  aux-dits  animaux,  sans  quoi  le  Sauveur,  le  Fils  de  Dieu  infiniment  sage,  n'aurait  pas  donné  cet  avertissement...  Rien  n'est  plus  consolant  et  plus  propre  à  donner  de  la  joie  que  de  souffrir,  pour  le  Christ  et  avec  lui,  quelque  chose  de  ce  qu'il  a  souffert.  Mais  pourquoi  attachez-vous  assez  d'importance  à  l'écrit  de  Bodde  pour  y  voir  une  attaque  très-nuisible ? A  combien  de  personnes  n'ai-je  pas  entendu  dire  que  cet  écrit  se  trahit  trop  ouvertement  lui-même  pour  pouvoir  trouver  des  approbations  et  faire  le  moindre  tort  à  l'honneur  de  quelqu'un ! »

         Lorsque,  plus  tard,  Wesener  revint  de  nouveau  devant  Anne  Catherine  sur  le  sujet  des  attaques  publiques  dirigées  contre  elle  et  déclara,  au  nom,  de  tous  ses  amis,  qu'une  réponse  était  nécessaire,  elle  lui  répondit  d'un  ton  grave  et  triste : «  Ah ! dignes  gens  que  vous  êtes,  je  vous  remercie  tous  de  la  part  que  vous  prenez  à  ce  qui  me  touche,  mais  je  dois  avouer  aussi  que  chez  vous  tous,  tous  sans  exception,  une  chose  m'afflige  beaucoup : c'est  que  vous  mettez  dans  tout  cela  de  la  hauteur,  de  l'amour-propre,  et  par    même  des  sentiments  d'amertume.  Vous  voulez,  en  défendant  la  vérité,  défendre  votre  opinion,  sauver  votre  réputation.  Vous  ne  combattez  pas  seulement  le  mensonge,  mais  aussi  les  personnes  qui  vous  sont  contraires.  En  un  mot,  vous  vous  recherchez  vous-mêmes  et  non  pas  seulement  et  exclusivement  la  gloire  de  Dieu.  »

 

         4.  Le  vicaire  général  de  Droste,  lui  aussi,  crut  de  son  devoir  de  se  rendre  à  Dulmen  peur  se  convaincre  personnellement  de  l'état  de  la  malade.  Il  était  venu  à  ses  oreilles  beaucoup  de  propos  suivant  lesquels  l'accès  auprès  de  la  malade  aurait  été  interdit  par  l'abbé  Lambert  au  doyen  et  à  certaines  religieuses,  tandis  que,  d'un  autre  côté,  il  y  aurait  eu  des  réunions  du  soir  autour  de  son  lit ; mais  il  fut  facile  à  Anne  Catherine  de  faire  à  toutes  les  questions  qu'il  lui  adressa  des  réponses  satisfaisantes.  Sa  candeur  enfantine  fit  encore  sur  lui  la  même  impression  irrésistible  qu'autrefois ; aussi  dit-il,  moitié  en  plaisantant,  moitié  sérieusement : «  J'ai  été  méchant  pour  vous,  parce  que  beaucoup  de  choses  me  choquent  dans  votre  entourage.  »  Elle  répondit  avec  simplicité : « Cela  me  fait  de  la  peine  mais  vous  ne  connaissez  guère  ma  position,  et  il  n'est  pas  possible  de  l'expliquer  en  quelques  mots.  »  Là-dessus  il  lui  signala  les  points  qui  lui  étaient  particulièrement  désagréables,  comme  "  le  voisinage  continuel  du  vieux  Lambert,  le  long  séjour  du  Pèlerin,  les  fréquentes  visites  qu'elle  recevait,  son  établissement  dans  la  grande  salle,  et  non  dans  une  chambre  sur  le  derrière,  d'accès  difficile.  »  Alors  elle  lui  demanda  conseil,  le  priant  de  lui  indiquer  les  moyens  à  prendre  pour  changer  tout  cela,  pour  tenir  à  distance  le  pauvre  vieux  prêtre  et  pour  empêcher  des  visites  qui  lui  étaient  si  à  charge  à  elle-même ; mais  il  ne  sut  à  quel  parti  s'arrêter.  Toutefois,  lorsqu'elle  lui  fit  connaître  les  intentions  du  Pèlerin  et  l'avertissement  si  souvent  reçu  de  la  part  de  Dieu  de  se  servir  de  celui-ci  comme  instrument  pour  la  communication  de  ses  visions,  priant  le  vicaire  général,  comme  son  supérieur  ecclésiastique,  de  vouloir  bien  prendre  une  décision  à  cet  égard,  il  déclara  qu'on  ne  pouvait  pas  empêcher  le  Pèlerin  d'être  auprès  d'elle.  Il  s'en  alla  satisfait,  ou,  comme  le  racontait  Anne  Catherine : «  Tout  se  passa  bien : nous  fûmes  d'accord.  Il  partit  et  conserva  ses  bonnes  dispositions.  »

 

         5.  Les  choses  en  étaient    lorsque  la  nouvelle  du  prochain  retour  du  Pèlerin  mit  le  petit  cercle  de  Dulmen  dans  une  très-grande  agitation,  facile  d'ailleurs  à  comprendre.  Le  P.  Limberg  se  tint  sur  la  réserve  et  laissa  à  la  malade  le  soin  de  calmer  les  esprits.  Mais  comme  elle  n'y  parvenait  pas  aisément,  elle  eut  recours  à  celui  qui  était  son  unique  et  dernier  appui  humain  dans  de  semblables  occasions,  c'est-à-dire  à  Overberg,  directeur  de  sa  conscience.  Elle  avait  déjà  souvent  reconnu  par  expérience  que  tout  le  monde  se  soumettait  volontiers  à  ses  décisions : c'est  pourquoi,  dans  les  derniers  temps  du  séjour  du  Pèlerin,  elle  avait  vivement  désiré  une  visite  d’Overberg,  pour  qu'il  fît  comprendre  à  son  entourage  qu'il  ne  dépendait  pas  d'elle  ni  de  sa  volonté  d'accueillir  le  Pèlerin  ou  de  l'écarter.  L'abbé  Lambert  et  Wesener  à  la  vérité  se  laissèrent  persuader  d'en  appeler  au  jugement  du  respectable  Overberg : toutefois  ils  s'adressèrent  en  même  temps  au  Pèlerin  pour  le  détourner  de  son  projet  de  retour.  Pendant  qu'ils  écrivaient,  Anne  Catherine  priait  Dieu  ardemment  de  purifier  les  âmes  et  de  procurer  ce  qui  pouvait  le  plus  contribuer  à  sa  gloire  et  au  bien  du  prochain.  La  lettre  de  l'abbé  Lambert  au  Pèlerin  était  conçue  en  ces  termes : «  Monsieur,  ne  prenez  pas  en  mauvaise  part  mon  désir  de  ne  plus  vous  revoir  ici : mais  je  ne  me  sens  plus  la  force  et  le  courage  de  supporter  une  seconde  fois  tout  ce  que  j'ai  souffert  pendant  tout  le  temps  de  votre  séjour.  Depuis  bien  des  années,  nous  avons  vécu  dans  la  plus  grande  paix,  la  soeur  Emmerich  et  moi,  et  nous  voulons  mourir  de  même.  Il  a  été  très-dur  pour  moi,  pendant  que  vous  étiez  ici,  de  ne  pouvoir  la  voir  et  lui  parler  qu'à  la  dérobée.  Je  ne  puis  consentir  à  ce  que  vous  reveniez  ici.  Non ! non ! mon  cher  monsieur ! mille  fois  non ! Ce  que  j'écris  maintenant,  je  vous  l'aurais  dit  plus  tôt  de  vive  voix  si  vous  aviez  voulu  m'écouter.  J'ai  souvent  voulu  vous  parler  à  ce  sujet,  mais  vous  ne  m'avez  jamais  laissé  prendre  la  parole.  »

         A  cette  lettre  écrite  en  français  Wesener  ajoutait  ce  qui  suit : «  Je  n'ai  d'autre  but  en  vous  écrivant  que  de  vous  détourner  de  vos  projets  de  retour.  Vous  en  pouvez  rire : mais  votre  volonté  inflexible  ne  peut  pourtant  pas  être  toujours  un  guide  sûr  et  droit  pour  les  actes  de  la  malade.  J'ai  décrit  à  Overberg  votre  vie  ici  et  la  manière  d'agir  de  la  soeur  vis-à-vis  de  nous  tous : suivez  son  conseil ! Tous  les  amis  de  la  soeur  Emmerich,  ici  et  à  Munster,  sont  unanimes  à  penser  que  votre  retour  aurait  les  suites  les  plus  fâcheuses.  La  faute  en  est  à  vous-même.  A  Munster,  vous  vous  êtes  exprimé  sur  le  clergé  de  cette  ville  et  sur  celui  d'ici  en  termes  si  francs  et  si  durs,  qu'il  n'y  a  qu'une  voix  contre  vous  et  pas  une  qui  vous  soit  favorable.  Personne  ne  vous  écrira  cela : c'est  pourquoi  je  dois  le  faire.  C'est  à  l'impulsion  de  mon  coeur  que  je  cède  en  vous  disant  que  les  inconvénients  qui  résultent  pour  la  soeur  Emmerich  de  ses  rapports  avec  vous  surpassent  infiniment  les  avantages  qu'elle  en  peut  retirer.  C'est  pourquoi  nous  sommes  tous  décidés,  dans  le  cas    vous  reviendriez,  à  ne  plus  vous  laisser  reprendre  avec  la  soeur  Emmerich  ce  commerce  intime  que  vous  vous  étiez  arrogé.  La  soeur  Emmerich  vous  aime  à  cause  de  votre  triste  destinée  et  de  votre  solide  conversion,  mais  elle  voit  aussi  avec  effroi  et  chagrin  que  vous  avez  l’esprit  malade  et  elle  craint  votre  caractère  indomptable.  Elle  est  bien  résolue,  si  vous  revenez,  à  ne  vous  admettre  auprès  d'elle  qu'une  heure  chaque  jour.  En  outre,  vous  devrez  rester  tout  à  fait  étranger  à  ses  affaires  domestiques.  Sa  soeur  est  à  la  vérité  une  triste  créature : mais  la  malade  veut  la  subir  et  est  très  fermement  persuadée  que  cette  soeur  est  dans  la  main  de  Dieu  l’instrument  choisi  pour  faire  disparaître  ses  défectuosités  intérieures  et  triompher  de  ses  faiblesses.  Le  vieil  abbé  Lambert  a  beaucoup  souffert  à  cause  de  vous,  certainement  sans  que  vous  l’ayez  voulu.  Vous  avez  eu  bonne  intention,  mais  les  choses  ne  se  passent  pas  comme  vous  le  croyez.  Overberg  est  du  même  avis : engagez-le  à  vous  faire  connaître  son  opinion  sur  votre  retour.  »

 

6.  Wesener  avait  écrit  à  Overberg  touchant  le  Pèlerin :

«  Notre  chère  malade  m'a  prié  de  vous  écrire  pour  donner  certaines  explications  sur  la  lettre  de  M.  Lambert ; mon  propre  sentiment  et  mon  affection  pour  la  malade  me  portent  aussi  à  vous  donner  quelques  nouvelles  sur  sa  situation  présente.  M.  Clément  Brentano  a  été  chez  vous : il  vous  a  raconté  des  choses  merveilleuses  sur  la  malade  et  vous  a  parlé  de  ses  progrès  dans  la  vie  intérieure.  Cet  homme,  il  est  vrai,  a  été  d'une  grande  utilité  à  la  malade  par  sa  générosité  et  ses  rapports  avec  elle : il  lui  a  procuré  un  logement  commode  et  plus  de  repos.  Il  a  peut-être  assuré  au  monde  un  grand  profit  et  de  nobles  jouissances  par  ses  observations  pleines  de  sagacité  et  ses  recherches : seulement  la  malade  a  perdu  à  cette  occasion  presque  toute  paix  domestique,  que  dis-je ? le  peu  qu'elle  a  de  santé  et  de  vie.  L'homme  est  bon,  sa  foi  est  ferme,  ses  oeuvres  sont  nobles  et  chrétiennes,  mais  son  génie  de  poète  n'est  pas  à  sa  place  dans  un  intérieur  simple  et  bourgeois.  La  malade  sait  très-bien  que  son  entourage  n'est  pas  ce  qu'il  devrait  être.  Elle  voit  clairement  les  misères  dont  sa  soeur  est  l'esclave  et  c'est  pour  elle  un  supplice  inexprimable ; mais  elle  n'en  est  pas  moins  fermement  persuadée  que  la  dureté  et  la  contrainte  ne  sont  pas  les  moyens  propres  à  la  corriger  et  à  la  ramener.  Ce  qu'elle  ne  peut  pas  obtenir  de  sa  soeur  par  la  voie  de  la  charité  et  de  la  paix,  elle  est  prête  à  le  tolérer  avec  humilité  et  patience.  La  malade  a  supporté  M.  Brentano  et  a  gardé  le  silence  en  toute  occasion,  dans  l'unique  intention  d'être  utile  à  lui  et  à  d'autres.  Elle  veut  oublier  tous  ses  griefs  et  les  sacrifier  à  Dieu  et  au  prochain,  mais  elle  a  peur  de  son  retour.  Il  ne  connaît  pas  la  voie  de  la  douceur : il  veut  tout  emporter  de  force.  Mais  la  malade  est  décidée  à  ne  plus  l’accepter  dans  ces  conditions  et  à  ne  plus  trouver  tout  bon  de  sa  part.  Toutefois,  comme  il  a  quelque  chose  qui  impose  et  qui  intimide  beaucoup  et  que  les  amis  de  la  malade  ne  peuvent  pas  toujours  être  autour  d'elle,  elle  craint  de  ne  pouvoir  pas  le  retenir  et  cherche  des  moyens  pour  empêcher  son  retour.  Il  vous  aime  et  vous  estime  beaucoup  et  il  a  en  vous  une  confiance  sans  bornes : c'est  pourquoi  la  malade  vous  prie  très-instamment  de  lui  écrire,  de  lui  représenter  l’état  des  choses  et  de  ne  l’autoriser  à  revenir  qu'à  certaines  conditions  bien  déterminées.  »

Voici  quelle  fut  la  réponse  d'Overberg :

           «  Il  m'a  été  très-agréable  de  savoir  quelque  chose  de  notre  chère  malade  par  une  autre  voie  que  celle  de  M.  Cl.  Brentano.  D'après  ce  que  celui-ci  m'a  raconté,  j'aurais    croire  qu'elle  était  fort  contente  de  l’avoir  auprès  d'elle  et  parfaitement  satisfaite  de  sa  manière  d'agir.  Mais  je  me  souvenais  de  l'aphorisme  juridique : Audiatur  et  altera  pars.  Il  m'a  aussi  assuré  qu'il  voulait  revenir  dès  qu'il  le  pourrait  et  continuer  ses  observations.  Je  ne  crois  pas  possible  d’empêcher  son  retour,  si  Dieu  n'y  met  pas  quelque  obstacle,  non  plus  que  de  le  porter  à  établir  son  séjour  à  Munster.  Pour  faire  en  sorte  qu'après  son  retour  il  se  comporte  autrement  vis-à-vis  de  la  malade  et  de  son  entourage,  elle  doit  elle-même  lui,  marquer  à  quelle  heure  de  la  journée  il  pourra  venir  chez  elle  et  lui  déclarer  qu'il  doit  renoncer  à  s'immiscer  dans  ses  affaires  domestiques.  Elle  doit  faire  cela  elle-même,  car  si  la  chose  venait  de  moi,  elle  ne  serait  certainement  pas  adoptée  par  les  motifs  que  voici.  Il   est   persuadé   ou   veut   se   persuader  qu'elle  est  très-aise  de  l'avoir  auprès  d'elle  et  qu'elle  est  satisfaite  de  ses  procédés ; il  croit  qu'en  tout  cas  cela  tend  à  son  plus  grand  bien.  Il  sait  que  je  ne  puis  pas  aller  la  voir  pour  m'entretenir  de  vive  voix  avec  elle : il  regarderait  donc  nécessairement  ce  que  je  lui  dirais  sur  les  sentiments  de  la  malade  à  son  égard  et  à  l'égard  de  sa  manière  d'agir  comme  m'étant  suggéré  par  les  personnes  de  son  entourage.  Or,  celles-ci  peuvent  facilement  être  soupçonnées  par  lui  de  vouloir  l'éloigner  de  la  malade  par  envie,  par  jalousie  et  autres  motifs  semblables.  Il  pourrait  croire  d'après  cela  qu'il  doit  d'autant  plus  prendre  en  main  les  intérêts  de  celle-ci,  à  laquelle  on  voudrait  retirer  la  consolation  que  lui  donnent  sa  présence  et  les  peines  qu'il  prend  pour  lui  assurer  du  repos.  La  déclaration  dont  j'ai  parlé  plus  haut  pourra  très-bien,  le  cas  l'exigeant,  avoir  lieu  en  votre  présence  et  en  présence  du  P.  Limberg.  Il  faudra  aussi,  spécialement  les  premiers  jours,  veiller  strictement  à  ce  que  les  prescriptions  quant  au  temps  soient  observées.  Je  prévois  bien  qu'au  commencement  la  malade  aura  à  lutter  contre  lui,  mais  je  ne  connais  pas  de meilleur  moyen  à  prendre,  et  j'espère  que,  si  elle  tient  ferme  au  commencement,  il  deviendra  peu  à  peu  moins  exigeant.  Je  dois  en  outre  vous  prier  de  ne  pas  me  le  renvoyer  pour  la  décision  à  prendre ; cela  ne  ferait  que  rendre  la  confusion  encore  plus  grande  et  l'entretenir  dans  la  persuasion  que  la  malade  préférerait  voir  les  choses  rester  comme  autrefois,  et  que,  si  elle  se  prononce  dans  un  autre  sens,  c'est  uniquement  pour  ne  pas  choquer  celui-ci  ou  celui-là.  C'est  son  sentiment  et  sa  libre  volonté  qui  doivent  décider  ici.

         "  M.  Clément  Brentano  m'a  dit  quelque  chose,  mais  seulement  en  passant,  du  changement  qui  a  eu  lieu  dans  les  plaies.  Si  vous  avez  noté  l'époque,  je  vous  prierais  instamment  de  me  faire  parvenir  vos  notes  d'ici  à  deux  jours.  J'ai  entendu  dire  aujourd'hui  qu'en  outre  la  malade  commençait  de  nouveau  à  manger  (note1).  Dieu  voudrait  donc  de  nouveau  la  remettre  sur  ses  jambes.  Je  lui  envoie  mes  salutations  cordiales.  Je  pense  qu'elle  aura  reçu  ma  lettre. »

         Le  Pèlerin  fut  piqué  au  vif  par  les  lettres  de  Wesener  et  de  Lambert ; on  le  voit  assez  par  la  véhémence  avec  laquelle  il  s'en  plaignit  dans  ses  lettres  à  divers  amis  (note2).  Mais  quand  le  premier  orage  se  fût  apaisé,  il  adressa  à  Dulmen  une  lettre  qui  malheureusement  n'a  pas  été  conservée ; toutefois,  d'après  les  réponses  de  Wesener  et  de  Limberg,  il  est  assez  facile  de  reconnaître  combien  on  était  touché  de  son  repentir  et  de  son  humilité,  combien  il  fut  facile  da  ramener  ces  âmes  simples  qui,  en  vérité,  n'avaient  pas  mérité  les  durs  reproches,  imprimés  après sa  mort,  que  leur  adresse  le  Pèlerin  dans  le  premier  mouvement  d'une  irritation  violente.

 

(note1)  Ceci  se  rapporte  à  la  tentative  faite  récemment  par  Wesener  de  lui  faire  prendre  des  aliments  très-légers,  comme  du  lait  coupé  d'eau,  du  potage  d'orge  ou  de  sagou.  Elle  essaya  par  obéissance,  mais  ces  essais  réussirent  mal,  et  Wesener  fut  obligé  d'y  renoncer  définitivement.

 

(note2)  Clemens  Brentano's  gesammelte  Briefe  (Recueil  des  lettres  de  Clément  Brentano),  t.  I,  p.  334  et  340.

 

 

Wesener  répondit : « J'ai  lu  votre  lettre ; je  remercie  Dieu  de  me  l'avoir  fait  lire ; elle  nous  a  émus  jusqu'aux  larmes : elle  nous  a  tous  apaisés...  Vos  intentions  étaient  bonnes ; vous  n'aviez  en  vue  que  le  bien.  Mais  sous  l'impulsion  de  votre  esprit  si  plein  de  force,  vous  avez  oublié  que  nous  sommes  tous  de  pauvres  moucherons  débiles  qui  ne  pouvons  suivre  votre  vol  puissant...  Devenez  calme,  doux,  patient,  et  vous  deviendrez  un  glaive  et  une  lumière  dans  notre  sainte  Eglise. »

         Quant  au  P.  Limberg,  le  Pèlerin  en  reçut  une  réponse  si  pleine  de  bonté,  que  lui-même  s'exprima  ainsi : « J'ai  aussi  reçu  de  Limberg  une  lettre  très-belle  et  très-pacifique : elle  est  singulièrement  sensée,  affectueuse,  biblique  et  simple ; il  y  règne  un  esprit  très  élevé,  un  véritable  esprit  sacerdotal.  Il  se  réjouit aussi de  mon  retour ; toutefois je  m'en  remettrai  entièrement  à  la  volonté  d'Overberg  (note : Lettres  de  Cl.  Brentano,  t.  I,  p.  344). »

 

         7.  Lorsqu'il  revint  à  Dulmen  dans  la  première  quinzaine  de  mai  1819,  il  trouva  chez  tout  le  monde  l'accueil  le  plus  amical : cependant  il  n'échappa  pas  au  regard  de  la  malade  qu'il  était  resté  en  lui  un  fonds  de  susceptibilité  qui,  à  la  moindre  occasion,  menaçait  d'éclater  avec  un  surcroît  de  violence.  Aussi  n'épargna-t-elle  aucun  effort  pour  éloigner  du  coeur  du  Pèlerin,  comme  de  celui  des  personnes  de  son  entourage,  tout  ce  qui  pouvait  contribuer  à  allumer  de  nouvelles  dissensions.  Elle  travailla  jusqu'à  épuisement  de  ses  forces  pour  porter  sa  soeur  Gertrude  à  la  patience  et  au  silence  vis-à-vis  de  cet  étranger  qui  lui  paraissait  insupportable.  Elle  se  fit  renouveler  par  le  docteur  Wesener  la  promesse  de  traiter  le  Pèlerin  avec  la  charité  à  laquelle  lui-même  s'était  engagé  dans  sa  lettre.  Mais  en  outre,  elle  n'épargna  au  Pèlerin  ni  les  prières  ni  les  avertissements  pour  qu'il  ne  se  laissât  pas  aller  à  son  humeur  fantasque,  à  l'irritation  et  aux  soupçons,  pour  qu'il  s'efforçât  d'acquérir  le  calme  et  la  douceur,  et  surtout  pour  qu'il  ne  fermât  pas  les  yeux  aux  bonnes  qualités  des  personnes  dont  il  avait  l'habitude  de  prendre  si  mal  les  innocentes  faiblesses.  Touché  d'un  entretien  qu'il  avait  eu  avec  elle  à  ce  sujet,  il  écrivait  dans  son  journal  quelques  jours  après  son  arrivée : « Puisse  le  coeur  du  confesseur,  de  cet  homme  si  bon  au  fond  et  si  bienveillant,  en  arriver  à  sentir  en  moi  un  ami  sincère ! Je  le  désire  du  fond  du  coeur.  Je  suis  intérieurement  sans  aucune  espèce  d'arrière-pensée  à  son  égard : puise-t-il  en  être  de  même  de  son  côté ! Je  n'ai  rien  à  lui  cacher.  Combien  seraient  heureux  les  rapports  de  deux  personnes  qui  se  fieraient  l'une  à  l'autre  et  s'avertiraient  en  Jésus-Christ ! Que  le  Seigneur  bénisse  mes  efforts  bien  sincères  pour  mériter  son  amour  et  sa  bénédiction ! »

         Mais  lorsqu'il  communiquait  ces  résolutions  à  la  malade,  elle  ne  pouvait  cacher  sa  crainte  qu'elles  ne  fussent  peu  constantes  et  que  la  paix  ne  fût  de  courte  durée,  « J'ai  vu  le  Pèlerin,  disait-elle,  sous  une  coloquinte  à  la  végétation  abondante,  mais  qui  se  desséchait  promptement,  et  cela  m'a  rappelé  Jonas. »  Il  comprenait  bien  le  sens  profond  de  ces  paroles,  mais  il  ne  voulait  pas  se  l'avouer  et  remarquait  à  ce  sujet : "  Cette  étrange  inquiétude  me  trouble.  La  malade  pleurait  et  j'étais  tràs-affligé : car,  dans  l'angoisse  qui  la  pressait,  elle  ne  pouvait  me  faire  part  de  ses  soucis.  Que  Dieu  la  console,  qu'il  mette  la  paix  et  la  confiance  dans  tous  les  coeurs  et  qu'il  me  donne  de  la  force  et  une  charité  sans  bornes  envers  tous  mes  frères.  Le  confesseur  est  très-bon  et  très-doux.  La  coloquinte  de Jonas  si  promptement  desséchée  signifie-t-elle  que  le  calme  sera  de  peu  de  durée ? "  Oui,  sans  doute,  cette  indication  ne  devait  se  réaliser  que  trop  tôt  et  la  preuve  devait  se  manifester  trop  souvent  qu'Anne  Catherine  n'avait  pas  seulement  à  obtenir  du  Pèlerin  une  vie  conforme  aux  prescriptions  de  la  foi,  mais  encore  à  accomplir,  en  lui  servant  de  guide,  une  oeuvre  d'expiation,  puisque  dans  les  rangs  du  sacerdoce  il  ne  se  trouvait  personne  qui  voulût  assurer  à  la  masse  des  fidèles  les  fruits  et  les  bénédictions  du  don  de  vision  accordé  à  l'extatique  pour  l'édification  de  ses  frères.  La  coopération  sacerdotale  est  comme  le  canal  par  lequel  les  dons  extraordinaires  et  les  mérites,  des  privilégiés  de  Dieu  se  répandent  sur  la  communauté  des  fidèles,  selon  l'ordre  prescrit  par  Dieu : c'est  pourquoi  Anne  Catherine  devait  suppléer  à  ce  qui  maudirait  à  cette  coopération  et  acquitter  par  ses  souffrances  la  dette  que  les  ministres  de  l'Église  contractaient  par  leur  négligence.  En  elle,  comme  instrument  de  Dieu,  la  force  et  la  grandeur  devenues  presque  inconnues  du  caractère  sacerdotal  devaient  se  manifester  dans  le  merveilleux  pouvoir  conféré  par  Dieu  au  sacerdoce  sur  ses  dons  surnaturels  et  sur  leur  emploi.  Aussi  reconnaîtrons-nous  souvent  dans  des  incidents  fortuits  en  apparence  les  voies  et  les  conduites  de  la  sagesse  divine  qui  disposait  toutes  choses  pour  rattacher  à  l'autorité  du  sacerdoce  l'accomplissement  de  la  tâche  imposée  à  la  voyante.  Ainsi  nous  avons  déjà  vu  comment  Anne  Catherine,  avant  l'arrivée  du  Pèlerin,  avait  trouvé  l'occasion  de  faire  décider  par  le  premier  de  ses  supérieurs  ecclésiastiques,  le  vicaire  général  de  Droste,  qu'elle  communiquerait  au  Pèlerin  ce  qui  lui  serait  montré  par  Dieu.  Son  directeur  spirituel  Overberg  n'ayant  pu,  après  le  retour  du  Pèlerin,  venir  à  Dulmen  aussitôt  qu'elle  le  lui  avait  demandé,  elle  envoya  le  P.  Limberg  à  Munster  pour  qu'il  conférât  en  sa  qualité  de  confesseur  avec  Overberg  et reçût  aussi  de  lui  l'assurance  que  c'était  la  volonté  de  Dieu  qu'elle  s'ouvrît  au  Pèlerin.  Elle  avait  rappelé  à  l'abbé  Lambert  l'avis  si  souvent  reçu  en  vision  qu'on  devait  mettre  par  écrit  ce  que  le  Seigneur  lui  faisait  voir  de  sa  Passion : et  le  vieillard  infirme  lui  avait  de  nouveau  promis  de  contribuer  selon  son  pouvoir  à  ce  qu'aucun  dérangement  ne  fît  manquer  cette  oeuvre.  C'est  pourquoi  Overberg,  lors  de  sa  visite  à  Dolmen ; le  6  juin  1819,  put  sans  peine  confirmer  tout  l'entourage  dans  la  persuasion  que  le  séjour  prolongé  du  Pèlerin  et  les  notes  qu'il  prenait  étaient  dans  les  vues  de  Dieu.  Anne  Catherine  elle-même  fut  très-consolée  par  cette  déclaration,  comme  le  rapporte  le  Pèlerin.  « Overberg,  dit-il,  et  reparti.  Elle  est  tellement  épuisée  qu'elle  ne  peut  rien  raconter : cependant  elle  parle  du  plaisir  que  lui  a  fait  son  entretien  avec  Overberg. »

 

8.  Il  y  eut  pour  Anne  Catherine  quelque  chose  d'incomparablement  plus  difficile  que  le  rétablissement  de  la  paix  extérieure : ce  fut  de  faire  comprendre  au  Pèlerin  quelles  conséquences  nécessaires  devait  avoir,  quant  à  sa  manière  d'agir,  cette  circonstance  qu'il  n'était  pas  prêtre,  ni  par  conséquent  en  possession  de  l'efficacité  et  de  l’autorité  du  caractère  sacerdotal.  Sans  cesse  elle  avait  à  lui  rappeler  qu'il  ne  pouvait  bien  remplir  sa  tâche,  qui  était  de  recevoir  les  communications  de  la  voyante,  s'il  ne  se  soumettait,  comme  elle-même,  à  l'autorité  sacerdotale

présentée  pour  lui  par  Overberg  et  par  le  confesseur.  Déjà  lors  de  sa  première  visite  à  Dulmen,  elle  lui  avait  adressé  souvent  et  avec  beaucoup  de  gravité  des  observations  qui  au  commencement  lui  semblaient  très  étranges,  comme  quand  elle  lui  disait : "  Vous  n'êtes  pas  prêtre !...  J'ai  besoin  de  voir  Overberg,  car  il  a  le  sacerdoce  et  vous  ne  l'avez  pas....  Vous  ne  pouvez  pas  me  venir  en  aide,  parce  que  vous  n'êtes  pas  ecclésiastique.  Si  vous  étiez  prêtre,  vous  me  comprendriez,  etc.  "  Mais  il  se  passa  bien  du  temps  avant  qu'il  pût  saisir  le  sens  profond  de  ces  paroles  et  les  prendre  pour  règle  de  sa  conduite.  Jusque  dans  les  deux  dernières  années  de  la  vie  d'Anne  Catherine,  il  avait  à  consigner  dans  son  journal  des  avertissements  de  ce  genre  qu'il  accompagnait  de  ces  réflexions : "    donc  est  le  prêtre  tel  qu'elle  le  comprend ? On  me  jette  ce  reproche : "  Si  vous  étiez  ecclésiastique,  "  vous  me  comprendriez  et  cela  m'épargnerait  bien  des  tourments. »  Mais  aucun  ne  l'a  comprise ! »  Toutefois,  avec  sa  patience  surhumaine,  elle  arriva  à  soumettre  au  frein  cet  esprit  rebelle,  si  peu  capable  d'empire  sur  lui-même ; elle  sut  le  maintenir  dans  le  respect  de  l'autorité  et  dans  l'obéissance  qui  lui  est  due,  de  manière  à  lui  faire  accomplir  sa  tâche  avec  d'abondantes  bénédictions  pour  les  âmes  des  autres  et  pour  la  sienne  propre.  Cet  homme,  si  supérieur  au  bon  et  simple  Limberg  par  ses  dons  naturels,  ses  connaissances  et  son  expérience,  se  voyait  dans  l'impossibilité  d'obtenir  un  seul  mot  d'Anne  Catherine  sans  le  secours  de  celui-ci  et  le  commandement  qu'il  donnait  en  sa  qualité  de  prêtre.  Chaque  jour  une  nouvelle  expérience  lui  apprenait  qu'elle  ne  pouvait  recevoir  la  volonté  et  la  force  de  faire  des  communications  que  par  l'intermédiaire  du  sacerdoce  de  Limberg,  mais  que  ses  fougueuses  exigences  ou  ses  instantes  supplications  n'y  pouvaient  rien.  Quelque  justifiées  qu'il  pût  trouver  encore  ses  plaintes  véhémentes  contre  Limberg,  qu'il  accusait  d'être  tout  à  fait  incapable  d'apprécier  les  dons  de  sa  fille  spirituelle,  il  ne  pouvait  pourtant  se  dissimuler  que  ce  prêtre  simple  et  peu  instruit,  en  vertu  de  sa  foi  vive  et  de  la  droiture  naïve  de  son  coeur,  avait  sur  Anne  Catherine  une  action  immensément  plus  considérable  que  toutes  les  peines  que  lui-même  se  donnait,  et  il  ne  pouvait  s'empêcher  de  sentir  de  combien  de  choses  il  lui  fallait  se  dépouiller  et  combien d'autres  il  avait  à  acquérir  avant  d'arriver  à  une  compréhension  plus  profonde  de  la  voyante  et  de  sa  propre  tâche  à  lui.  On  est  étonné  de  voir  avec  quelle  prudence  Anne  Catherine  y  aida  le  Pèlerin  et  avec  quelle  persévérance  elle  combattit  les  dangereux  instincts  de  sa  nature,  si  bien  qu'elle  parvint  peu  à  peu  à  donner  à  son  esprit  un  tout  autre  pli  et  à  ses  idées  un  tout  autre  cours.  Elle  avait  coutume  de  le  préparer  d'avance  à  recevoir  ses  avertissements,  qu'elle  ne  pouvait  du  reste  se  décider  à  lui  donner  que  sur  l'ordre  de  son  conducteur  invisible,  afin  qu'il  les  reçut  de  bon  coeur  et  sans  chercher  à  s'excuser ; mais  la  plupart  du  temps,  elle  parlait  à  sa  conscience,  soit  par  des  images  et  des  comparaisons  frappantes,  soit  par  des  maximes  et  des  règles  de  morale    cet  homme  d'un  esprit  si  riche  trouvait  un  charme  qui  l'attirait  et  le  forçait  comme malgré  lui  à  les  accepter.  Quand,  par  exemple,  il  se  laissait troubler  intérieurement  par  quelque  impression  qui  blessait  son  sentiment  délicat  du  beau,  elle  lui  adressait  des  avis  comme  ceux-ci : «  Une  personne  peut  aisément être  choquée  par  une  messe  mal  chantée  ou  par  un  jeu d'orgues  au  rebours  du  bon  sens,  pendant  que  d'autres s'en  édifient.  Mais  on  doit combattre ce sentiment de répulsion par la prière. Celui qui résiste intérieurement au scandale que  lui  donne  une  négligence  dans  le  service  divin  acquiert  par    un  grand  mérite  et  recueille  pour  lui-même  une  grâce  perdue.  »  Elle  le  rappelait  à  la  simplicité  de  la  foi  par  des  paroles  comme  celles-ci : «  Celui  qui  veut  arriver  à  se  convaincre  de  la  vérité  par  ses  propres  efforts  et  non  par  la  grâce  de  Dieu  peut  bien  être  attaché  à  son  opinion,  mais  il  n'est  pas  pénétré  par  la  vérité. »

 

9.  Quelques  semaines  après  son  arrivée,  elle  s'ouvrit  à  lui  en  ces  termes :

         « Chaque  soir  je  reçois  l'avis  de  faire  encore  telle  ou  telle  méditation  et  cela  m'est  notamment  arrivé  hier  au  soir.  J'ai  reçu  pendant  la  nuit  un  avertissement  qui  me  concernait ; il  m'a  surtout  été  beaucoup  parlé  du  Pèlerin.  Bien  des  choses  doivent  encore  être  corrigées  en  lui,  et  il  m'a  été  dit  de  quelle  façon  nous  pouvons  par  nos  rapports  avec  lui  le  rendre  meilleur  et  par    même  plus  facile  à  manier  et  plus  utile.  Comme  alors  je  songeais  à  ma  manière  d’être  envers  le  Pèlerin,  me  demandant  comment  je  pouvais  satisfaire  à  sa  tâche  et  aussi  à  la  mienne,  et  par  quels  moyens  nous  pourrions  avoir  une  plus  large  part  à  un  plus  riche  accroissement  de  mérites,  j'appris  que  nous  devions  être  patients  l'un  envers  l'autre  au  milieu  des  souffrances  qui  viendront  encore  nous  assaillir,  et  que  le  Pèlerin  devait  recevoir  la  sainte  communion  à  mon  intention : car  par    l'union  spirituelle  sera  plus  grande.  « Fais  ce  que  tu  peux,  m'a-t-il  été  dit.  Quant  au  reste,  laisse  faire  le  Pèlerin,  car  beaucoup  de  gens  désirent  s'entretenir  en  particulier  avec  toi,  et  quand  ils  viennent,  tu  dois  examiner  si  cela  peut  leur  être  profitable.  "  Tu  dois  prier  pour  que  le  Pèlerin  se  décide  à  être  "  humble  et  patient.  Il  doit  dompter  son  caractère  fantasque  et  tu  dois  faire  en  sorte  que  ce  soit  sérieux.  "  Prends  garde,  par  une  condescendance  trompeuse  et  mal  entendue,  de  te  laisser  prendre  à  de  belles  paroles.  Résiste  et  sois  ferme,  afin  que  le  Pèlerin  se  décide.  Tu  es  trop  débonnaire : ç’a  toujours  été  ton  défaut. Il  ne  faut  pas  te  laisser  entraîner  à  voir  du  bien      tu  trouves  des  inconvénients. »

         « Mon  guide  m'a  dit  encore  que  j'aurai  beaucoup  à  souffrir ; toutefois  je  ne  dois  pas  m'effrayer,  mais  attendre  sans  inquiétude  et  m'en  remettre  à  Dieu.  J'ai  reçu  aussi  beaucoup  de  réprimandes  sur  mes  fautes : il  m'a  dit  que  je  tais beaucoup  de  choses  par  une  humilité  mal  entendue  et  que  c'est  un  orgueil  caché.  Je  dois  prendre  les  choses  et  les  donner  comme  je  faisais  dans  mon  enfance,  lorsque pourtant  je  recevais  beaucoup  plus  qu'à  présent.  Je  dois        dire  sans  réserve  tout  ce  que  j'aurais  gardé  pour  moi,  aussitôt  que  l'occasion  s'en  présentera.  Je  dois  aussi  accuser  à  mon  confesseur  tout  ce  qui  me  tourmente,  quand  même  il  semblerait  qu'il  ne  veut  pas  m'écouter : je  dois  le  prier  de  m'entendre,  car  ainsi  j'aurai  bien  plus  souvent  du  secours.  Il  m'a  reproché  aussi  ma  trop  grande  condesendance  envers  beaucoup  de  personnes,  laquelle  me  fait  manquer  souvent  à  mes  prières  et  à  mes  devoirs  envers  d'autres.  Je  parle  d'une  manière  très-déraisonnable  quand  je  me  plains  d'être  couchée    sans  pouvoir  rien  dire.  Il  sait  bien  que  j'aimerais  à  sortir  le  soir,  enveloppée dans  mon  manteau,  pour  distribuer  des  aumônes,  et  que regrette  de  ne  pouvoir  le  faire  parce  que cela  me  plaît.  Mais  ce  que  Dieu  m'impose  ne  m'est  pas  agréable.  Je dois  penser  que  ce  n'est  pas  pour  rien  que  je  suis  couchée ici : je  dois  agir  par  la  prière  et  dire  tout  ce  qui  m'est donné.  J'aurai  bientôt  quelque  chose  à  dire  et  cela  me  paraîtra  beaucoup  plus  pénible ; mais  il  faudra  le  dire.  Un  grand  orage  menace ; le  ciel  se  couvre  d'une  manière  effrayante.  Il  y  a  peu  de  gens  qui  prient  et  la  détresse  est  bien  grande. : le  clergé  se  gâte  de  plus  en  plus.  Je  dois  exhorter  tous  les  bons  à  prier  de  tout  leur  coeur.  II  m'a  dit  suite  que  je  devais  être  plus  calme  et  plus  recueillie  en  vue  des  souffrances  qui  vont  venir ; autrement,  elles  pourraient  me  faire  mourir  subitement ; or,  ma  tâche  journalière  n'est  pas  finie,  et  si  je  mourais  auparavant  par  suite  de  ma  négligence,  j'aurais  à  subir  le  reste  de  ces  souffrances  dans  le  purgatoire    elles  sont  plus  rudes  qu'ici-bas.

 

10.  Anne  Catherine  cherchait  à encourager  le  Pèlerin en  lui  parlant  des  bénédictions  qu'elle  voyait  découler  des  peines  qu'il  prenait  et  de  ses  travaux.  Ainsi,  peu  de  temps  après  son  retour,  elle  lui  raconta  une  vision    elle  avait  vu,  sous  la  figure  d'un  jardin,  beaucoup  de  choses  touchant  la  première  partie  de  la  vie  du  Pèlerin,  comme  aussi  touchant  sa  tâche  actuelle  et  l'accomplissement  de  celle-ci  qui  ne  devait  avoir  lieu  qu'après  sa  mort.  Lorsqu'il  mit  par  écrit  ce  qu'elle  lui  avait  communiqué,  il  ne  pouvait  certainement  pressentir  tout  ce  qu'embrassait  cette  vision  prophétique,  ni  tous  les  objets  auxquels  elle  se  rapportait : mais  sa  relation  n'en  est  que  plus  digne  de  foi.

         "  Je  vis,  dit-elle,  le  Pèlerin  loin  d'ici,  triste  et  délaissé  dans  sa  chambre.  Il  ne  pouvait  s'occuper  de  rien,  s'intéresser  à  rien : tout  était  comme  désert  autour  de  lui.  Je  lui  serais  bien  volontiers  venue  en  aide,  j'aurais  travaillé,  mis  en  ordre : mais  je  ne  pouvais  pas  l'approcher  ni  l'aider.

         "  J'eus  ensuite  la  vision  d'un  jardin.  C'était  un  grand  jardin  que  partageait  en  deux  une  haie  par-dessus  laquelle  des  gens  regardaient : ils  auraient  aussi  voulu  la  franchir,  mais  ils  ne  le  pouvaient  pas.  Mon  conducteur  et  moi  allâmes  dans  une  partie  de  ce  jardin    la  végétation  était  extrêmement  riche,  belle  et  abondante.  Tout  y  était  plantureux,  verdoyant  et  touffu.  Mais  il  y  avait  aussi  énormément  de  mauvaises  herbes ; j'y  remarquai,  entre  autres  plantes,  des  fèves  et  des  pois.  Il  y  avait  une  quantité  de  boutons  et  de  fleurs,  mais  pas  le  moindre  fruit  d'aucune  espèce.  Parmi  ces  plantes  montées  en  herbe,  je  vis  se  promener  beaucoup  de  gens  se  complaisant  en  eux-mêmes.

         "  La  première  fois  que  je  fis  avec  mon  guide  le  tour  de  ce  champ  plantureux,  il  me  dit : "  Vois  ce  que  c'est  "  que  tout  cela : de  belles  fleurs  de  rhétorique,  brillantes,  "  mais  stériles : surabondance,  mais  pas  de  récolte ; plénitude    il  n'y  a  rien ! -  Ah ! lui  demandai-je,  faut-il  donc  voir  perdre  tout  ce  travail  qui  a  été  fait ? -  Non,  "  me  répondit-il,  rien  ne  doit  se  perdre.  Tout  cela  sera   retourné  et  enfoui ; ce  sera  de  l'engrais.  J'en  eus  de  la  joie  et  en  même  temps  cela  me  fit  pitié.

"  Lorsque  nous  fîmes  le  tour  la  seconde  fois,  nous  trouvâmes  au  milieu  du  chemin  une  petite  cabane  de  branches  de  noyer  recouverte  d'une  toile.  Les  noix  qui  étaient    étaient  l'unique  fruit  du  jardin.  C'était  un  buisson  rabougri.  Plus  loin  on  voyait  une  couple  d'arbres,  pommier  et  cerisier.  Il  y  avait  aussi  toujours    des  abeilles  qui  faisaient  activement  leur  récolte.  Du  reste,  ce  lieu  était  très  abandonné.

"Mon  conducteur  me  dit : "Vois ; ton  confesseur  doit  recueillir  ces  noix  et  prendre  exemple  sur  les  abeilles.  "  Mais  celui-ci  avait  peur  d'être  piqué  par  elles : et  je  me  disais  que  la  peur  qu'il  en  avait  le  ferait  piquer,  tandis  que,  s'il  s'avançait  tout  tranquillement,  les  chères  petites  bêtes  ne  lui  feraient  rien.  Dans  le  fait,  il  ne  récolta  rien  non  plus : il  ne  vit  pas  même  les  fruits ; il  courait  d'un  buisson  à  l'autre.

"  Lorsque  j'allai    avec  mon  guide  pour  la  troisième  fois,  la  végétation  était  encore  plus  abondante  et  plus  touffue.  Mais  je  vis  avec  joie  que  le  Pèlerin  faisait  sa  récolte  près  de  certaines  plantes  singulières  qui  se  trouvaient  aux  coins  des  carrés  et  qui,  quoiqu'un  peu  étouffées  par  celles  qui  les  ombrageaient,  donnaient  toutefois  des  fruits  pour  la  plupart.  Je  fus  très-joyeuse  de  voir  le  Pèlerin  faire  cela.

"  J'allai  de  nouveau  dans  le  jardin : tout  y  était  encore  riche  et  abondant : mais  la  végétation  trop  luxuriante  tendait  à  se  flétrir  et  à  se  décomposer.  Alors  tout  fut  foulé  aux  pieds  et  enfoui : je  vis  le  Pèlerin  se  donner  une  peine  infinie  pour  creuser  et  travailler  la  terre.

         "  Lorsque  je  revins,  je  trouvai  le  jardin  entièrement  travaillé.  Le  Pèlerin  plantait  de  petites  plantes  en  plates-bandes  régulières,  et  cela  me  réjouissait  fort.  Je  vis  le  Pèlerin  quitter  le  jardin : il  y  entra  alors  plusieurs  personnes  que  je  connaissais  sans  savoir  leurs  noms.  Elles  se  jetèrent  sur  moi  avec  fureur,  m'injurièrent  et  m'outragèrent  à  l'excès.  Elles  ne  m'épargnèrent  aucune  invective  sur  mes  rapports  avec  le  Pèlerin,  disant  qu'il  naîtrait  de    une  nouvelle  secte,  et  elles  me  demandaient  ce  qu'elles  devaient  penser  de  moi.  Elles  ne  cessaient  pas  de  m'injurier  et  de  me  gourmander  orgueilleusement.  Je  laissai  tout  passer  tranquillement  sur  moi  et  je  gardai  le  silence.  Elles  déblatéraient  de  la  même  façon  contre  le  Pèlerin.  Il  me  semblait  qu'il  n'était  pas  loin  et  qu'il  les  entendait,  lui  aussi.  Je  me  réjouis  de  recevoir  tout  cela  avec  tant  de  patience,  et  je  ne  cessais  de  dire : "  Dieu  soit  loué  l  Dieu  soit  loué ! Je  puis  supporter  cela : un  autre  peut-être  ne  le  pourrait  pas.  "  Ensuite  j'allai  m'asseoir  sur  une  pierre  dans  un  bosquet  voisin.

         "  Alors  j'entendis  venir  un  ecclésiastique : c'était  un  homme  qui  paraissait  énergique  et  actif,  de  la  taille  du  prieur ; il  était  robuste  et  avait  le  visage  coloré.  Il  s'étonnait  fort  que  je  supportasse  toutes  ces  injures  sans  me  défendre.  Puis  il  réfléchit  un  peu  et  dit : "  Cette  personne  "  supporte  tout  avec  un  grand  calme : elle  est  pourtant  intelligente  et  sensée ! Ce  que  fait  le  Pèlerin  doit  sans  doute  "  être  tout  autre  chose  que  nous  ne  croyons.  Le  confesseur  est  aussi  un  digne  homme  qui  ne  souffrirait  pas  cela  si  ce  n'était  pas  bon."  Et  comme  l'ecclésiastique  inconnu  continuait  à  parler  ainsi  en  faveur  du  Pèlerin,  les  clabaudeurs  commencèrent  à  se  retirer.  Je  vis  alors  avec  quelle  diligence  le  Pèlerin  avait  travaillé  et  combien  les  plantes  grandissaient  et  prospéraient.

"  Mon  conducteur  dit  alors : «  Mets  à  profit  cet  avertissement  céleste.  Tu  auras  à  subir  ces  indures  et  ces  outrages : il  faut  t'y  préparer  d'avance.  Tu  vivras  un  certain  temps  tranquille  en  compagnie  du  Pèlerin : tu  ne   dois  pas  alors  perdre  ton  temps  ni  laisser  se  perdre  les   nombreuses  grâces  que  tu  recevras : car  ta  fin  viendra   bientôt  après.  Ce  que  le  Pèlerin  recueille,  il  l'emportera   au  loin : car  ici  il  n'y  a  pas  de  disposition  à  l'accueillir : mais      il  ira,  cela  produira  son  effet  et  c'est  de    que  cet  effet  viendra  se  faire  sentir  ici.  »

 

                  11.  Le  sens  de  cette  vision  ne  devint  clair  pour  le  Pèlerin  que  successivement  et  par  degrés,  comme  le  prouvent  ses  plaintes  fréquemment  répétées  sur  ce  que  le  temps  de  la  tranquillité  ne  veut  pas  venir ; car  il  entendait  ces  paroles  du  calme  que  procure  la  délivrance  des  dérangements  extérieurs,  tandis  qu'elles  se  rapportaient  au  recueillement  intérieur  et  à  l'apaisement  de  son  esprit  qui  pouvaient  seuls  le  rendre  capable  de  recevoir  comme  il  le  fallait  la  communication  des  visions  sur  la  vie  enseignante  du  divin  Rédempteur.  Or,  il  s'écoula  plus  de  douze  mois  jusque-là,  car  ce  ne  fut  qu'en  juillet  1820  qu'arriva  le  moment    Anne  Catherine,  sur  l'avis  de  son  conducteur  spirituel,  put  commencer  à  s'ouvrir  à  ce  sujet.  Le  Pèlerin  avait,  il  est  vrai,  beaucoup  planté  jusqu'alors  et  s'était  livré  à  un  grand  et  pénible  travail,  mais  il  y  avait  dans  tout  cela  beaucoup  de  choses  qui  devaient  plus  tard  être  extirpées  et  enfouies  par  lui.  Au  commencement,  il  était  encore  trop  plein  de  lui-même,  trop  dominé  par  ses  inclinations  et  ses  vues  habituelles : sa  vive  imagination  était  trop  indisciplinée  et  trop  en  travail  pour  qu'il  pût,  sans  y  rien  mettre  du  sien,  sans  mélange  et  sans  altération,  reproduire  les  communications  d'Anne  Catherine  avec  autant  de  simplicité  que  celle-ci  les  faisait.  Assez  souvent  il  regardait  ses  propres  interprétations  comme  tellement  sûres  et  certaines,  qu'il  ne  tenait  guère  compte  des  observations : cela  arrivait  surtout  lorsqu'il  s'agissait  des  notes  relatives  aux travaux  accomplis  pour  l'Église  dans  la  prière,  lesquels,  pendant  la  première  année,  furent  le  principal  objet  des  communications  qui  lui  furent  faites.  Quoique,  en  outre,  il  lui  eût  été  bien  souvent  signifié  qu'Anne-Catherine  avait  demandé  à  Dieu  comme  une  grâce  de  ne  pas  savoir  les  noms  des  personnes  et  des  classes  de  personnes  appartenant  à  l'Eglise  pour  lesquelles  elle  avait  à  prier  et  à  souffrir,  il  ne  se  laissait  pourtant  dissuader  qu'à  grand'peine  d'intercaler  dans  les  visions  symboliques  qui  lui  étaient  racontées  avec  les  désignations  générales  de  fiancée,  de  fiancé,  de  pasteur,  etc.,  les  noms  de  certaines  personnes  dont  il  était  spécialement,  préoccupé  et  auxquelles,  suivant  lui,  devait  s'appliquer  tout  ce  qu'Anne  Catherine  rapportait  d'après  ses  contemplations.  Il  y  introduisait  donc  des  allusions  qui  ne  s'y  trouvaient  pas  en  réalité,  en  sorte  que  plus  tard,  quand  il  en  eut  l'intelligence  plus  complète,  il  effaça  sur  ses  cahiers  de  notes  beaucoup  de  choses  jugées  par  lui  sans  valeur.  Ce  ne  fut  qu'après  être  devenu  plus  simple  et  plus  calme  intérieurement,  qu'il  ne  put  plus  se  refuser  à  voir  combien  le  vol  le  plus  hardi  de  son  imagination  restait  à  une  distance  incommensurable  de  la  pure  lumière  dans  laquelle  la  vierge  favorisée  du  ciel  contemplait  ses  visions.  Ce  fut  seulement  alors  qu'aucune  peine  ne  lui  parut  trop  grande  pour  arriver  à  reproduire  aussi  fidèlement  et  aussi  consciencieusement  que  possible  ce  qui  lui  était  transmis  de  cette  lumière  pour  le  communiquer  aux  autres.

 

         12.  Rien  ne  fait  du  reste  une  impression  plus  singulière  et  plus  propre  à  humilier  profondément  l'orgueil  humain  fondé  sur  les  qualités  naturelles  et  les  dons  supérieurs  de  l'intelligence,  que  de  considérer  cet  homme  de  génie,  ce  poète  si  admiré,  dans  la  situation  qui  lui  est  faite  près  de  la  pauvre  religieuse  malade.  L'atmosphère dans  laquelle  elle  vit  est  tout  autre,  elle  est  infiniment  plus  élevée  que  celle    vit  le  Pèlerin  et    vivent  tant  d'hommes  appesantis  par  leurs  penchants  et  leurs  attaches,  ce  qui  les  rend  si  capricieux,  si  inconstants  et  si  faibles.  Son détachement  des  créatures  pratiqué  dès  la  première  jeunesse,  ses  souffrances  incalculables,  mais  supportées  avec  la  plus  extrême  patience,  lui  ont  procuré  une  liberté  de  coeur,  une  lucidité  et  une  force  d'esprit  qui  la  rendent  inaccessible  à  toute  influence  d'un  ordre  inférieur  et  en  même  temps  toujours  plus  digne  de  recevoir  en  elle  la  lumière  prophétique.  C'est  pourquoi  le  Pèlerin  peut  bien  l'affliger,  lui  causer  des  contrariétés  et  des  ennuis  de  toute  espèce : mais  son  intérieur,  ses  visions  restent  toujours  un  terrain    il  n'a  pas  d'accès ; aussi  rien  n'est-il  plus  absurde  et  plus  en  contradiction  avec  la  réalité  des  faits  que  la  supposition  suivant  laquelle  l'action  involontaire  de  la  puissante  personnalité  du  Pèlerin  aurait  établi  entre  lui  et  Anne  Catherine  une  espèce  de  rapport  magnétique,  en  sorte  qu'il  n'aurait  rien  tiré  d'elle  qu'il  n'y  eût  préalablement  déposé.  Il  est  aussi  impuissant,  à  cet  égard,  que  toute  autre  personne  qui  ne  devient  pas  pour  elle  en  vertu  de  la  vocation  sacerdotale  un  représentant  de  Dieu,  et  elle  supporte  son  voisinage  comme  celui  d'un  malade  et  d'un  indigent  que  Dieu  lui  envoie,  afin  qu'il  soit  guéri  par  son  intermédiaire  et  qu'il  reçoive  les  lumières  nécessaires  pour  accomplir  la  tâche  qui  lui  a  été  imposée.  Ainsi  le  Pèlerin  est,  du  premier  au  dernier  jour,  celui  qui  reçoit,  celui  qui  est  gratifié,  celui  qui  est  conduit ; elle  est  la  conductrice,  la  distributrice,  c'est-à-dire  l'instrument  de  la  sagesse  et  de  la  miséricorde  divine,  par  lequel  l'un  des  esprits  les  plus  brillants  de  son  époque  doit  être  arraché  aux  égarements  du  siècle,  à  l’abus  de  son  talent  et  conquis  pour  la  glorification  du  très-saint  nom  de  Jésus.

         Enfin il ne faut pas passer sous silence un trait du caractère du Pèlerin qui équivaut à des centaines de témoignages pour constater cette pureté incomparable, cette admirable grandeur d'âme d'Anne Catherine, aussi bien que la loyauté de son entourage. Personne n'avait un oeil plus perçant que le Pèlerin pour reconnaître les faiblesses et les défauts du prochain. Il se plaint avec des larmes d'amer repentir de ce don redoutable et de ses effets. Lors de son arrivée à Dulmen, il est encore si peu maître de lui qu'il passe en un instant de l'admiration la plus exaltée au blâme le plus acrimonieux à l'égard d'une seule et même personne, ou d'une seule et même chose : Il est l'observateur le plus impitoyable et le plus irritable qui soit jamais venu dans le voisinage de la malade et de son petit cercle : il recherche tous les côtés faibles que sa défiance de plus en plus excitée croit y découvrir. Son enthousiasme d'abord si ardent s'évanouit avec le charme de la nouveauté : malheur donc à la malade s'il lui arrivait une seule fois de découvrir chez elle la moindre apparence équivoque pouvant éveiller les soupçons ! Il la jugera avec une sévérité inexorable. Jusqu'à la mort de la voyante, il ne se passe guère de semaine où les cahiers du Pèlerin ne soient remplis de plaintes interminables, où l'on ne voie toutes les paroles, tous les gestes, tous les pas du confesseur notés avec une prolixité fatigante et interprétés avec la plus grande rigueur : toutefois le seul méfait qui lui soit reproché est qu'il se soucie peu des notes que prend le Pèlerin, qu'il aimerait mieux que sa fille spirituelle n'eut ni visions, ni obligation de les faire connaître, et que, le plus souvent, il répond par une indifférence glaciale au ravissement que cause au Pèlerin quelque communication importante. Anne Catherine elle-même n'est pas autrement traitée. Qu'elle adresse des paroles de consolation à des pauvres et à des affligés, qu'elle donne des marques de sympathie bienveillante et amicale à ceux qui la visitent en écoutant leurs récits, leurs demandes, leurs plaintes et en y répondant, qu'elle se montre fatiguée, qu'elle fasse entendre Mlle plainte, si légère qu'elle soit, tout lui est reproché comme une infidélité à sa mission, comme une dissipation des grâces d'en haut, comme un vol fait au Pèlerin, lequel de son côté ne reconnaît que dans de rares occasions quel supplice il fait souffrir bien souvent à la patiente et ce qu'il en coûte à celle-ci pour calmer sa fougue. Et quand, vaincu par l’incomparable douceur d'Anne Catherine, il se décide à en faire l’aveu, il ne peut s’empêcher de lui rendre ce témoignage :

« Elle est pleine de bonté et de mansuétude : c'est le plus admirable vaisseau de la grâce divine. »